[download pdf] Celle qui plante les arbres Author Wangari Maathai – Sisnlaw.co.uk

Celle qui plante les arbres Les Origines Je Suis N E Le 1er Avril 1940 Dans Le Petit Village D Ihithe, Non Loin De Nyeri, Capitale De La Province Centre Du Kenya Cette R Gion Des Hautes Terres, Butant Sur Les Contreforts Des Monts Aberdare Et Domin E, Au Nord, Par Le Mont Kenya, Avait Galement Vu Na Tre Mes Grands Parents Et Mes Parents C Taient Des Paysans De La Tribu Des Kikuyu, L Une Des Quarante Deux Ethnies Du Kenya Et, L Poque Comme Aujourd Hui, La Plus Importante Par Le Nombre Ils Cultivaient Un Petit Lopin De Terre Et Levaient Quelques Vaches, Ch Vres Et Moutons Deux Semaines Apr S Le D But De Mbura Ya Njahi, La Saison Des Longues Pluies, Ma M Re Me Mit Au Monde La Maison, Dans Une Hutte Traditionnelle Aux Murs De Terre Et De Bouse S Ch E, Sans Eau Courante Ni Lectricit Elle Tait Entour E De Quelques Cousines, Tantes Et Amies, Et La Sage Femme Du Village Tait Venue L Aider J Tais Le Troisi Me Enfant Et La Premi Re Fille De La Famille Et J Appartenais Cette G N Ration Charni Re Qui Eut Le Privil Ge De Conna Tre Les Ultimes Vestiges D Un Monde Ancien, Dont La Culture, Les Traditions, Les Croyances Et Jusqu Aux Paysages Commen Aient Inexorablement Dispara Tre Les Campagnes Des Environs D Ihithe Taient Alors Encore Vertes, Luxuriantes Et Fertiles La R Gion Tait Tapiss E De For Ts, Sous Bois Et Fourr S, Foisonnants De Foug Res Et De Toutes Sortes De Plantes Ram Pantes Certains Arbres, Comme Le Mitundu, Le Mikeu Et Le M Gumo, Donnaient Des Baies Et Des Noix Dont Se R Galaient Les Enfants La Terre, D Un Beau Rouge Sombre, Tait Riche Et Humide Notre Peuple Cultivait De Vastes Champs De Ma S, De Haricots, De C R Ales Et De L Gumes Bien Irrigu S, Et Ne Connaissait Pas La Faim Le Rythme Des Saisons Tait Si R Gulier Que L On Pouvait Pr Dire Sans Trop De Risque De Se Tromper Que Les Grandes Pluies De Mousson Commenceraient La Mi Mars Ces Pluies Enflaient Si Bien Les Rivi Res Que Jamais On Ne Manquait D Eau Potable Et Quand Juillet Arrivait, Le Brouillard Couper Au Couteau N Tonnait Personne On Savait Qu Cette P Riode De L Ann E, On Ne Verrait Pas Trois M Tres Devant Soi, Et Que Les Matins Seraient Si Froids Qu Une Gel E Blanche Recouvrirait Les P Turages En Langue Kikuyu, Juillet Se Dit D Ailleurs Mworia Nyoni, Le Mois O Les Oiseaux Pourrissent , Car Les Oiseaux Mouraient De Froid Et Tombaient Des Branches Chaque Naissance Tait C L Br E Par Un Tr S Beau Rituel, Par Lequel La Communaut Accueillait Le Nouveau N Sur La Terre De Ses Anc Tres, Aussi Abondante Que G N Reuse Peine Le B B Avait Il Pouss Ses Premiers Vagissements Que Les Femmes Qui Avaient Assist L Accouchement Allaient Couper Sur L Arbre Un Gros R Gime De Bananes Encore Vertes Si Un Seul Fruit Tait Un Peu Trop M R Ou Avait T Picor Par Les Oiseaux, Le R Gime Tait Jug Indigne De Cette Grande Occasion Il Fallait Alors En Chercher Un Autre, G N Reux Et Entier, Qui Symboliserait La Pl Nitude Et Le Bien Tre, Deux Valeurs Essentielles Aux Yeux De La Communaut Puis Elles Faisaient La Tourn E Des Potagers Et De Leurs Champs Pour Ramener Aussi La Jeune M Re Des Patates Douces Et De La Canne Sucre Mais Pas N Importe Laquelle Seule La Kigwa Kia Nyamuiru, Une Vari T Indig Ne Tige Mauve, Faisait L Affaire La Future M Re Avait Pour Sa Part Engraiss Depuis Plusieurs Mois Un Agneau, Qu Elle Gardait Jalousement L Int Rieur M Me De Sa Case Pendant Que Les Femmes Collectaient Les Fruits Et L Gumes Traditionnels, Le P Re De L Enfant Sacrifiait L Agneau Et En Faisait Cuire Un Morceau On Ajoutait Alors Les Bananes Et Les Patates Douces Sur Le Gril Et, Avec La Viande Et La Canne Sucre, On Apportait Les Plats La Jeune Maman Celle Ci M Chait Consciencieusement Une Bouch E De Chaque Aliment Pour Bien Le R Duire, Et Donnait La Becqu E Son Enfant Tel Fut Donc Mon Premier Repas Avant M Me D Avoir T T Le Lait Maternel, J Avais Go T Les Fruits De Notre Terre Du Jus De Banane Verte, De Canne Sucre Mauve, De Patate Douce Et D Agneau Gras D S Ma Venue Au Monde, J Tais Autant L Enfant De Ma Terre Que Celui De Mon P Re, Muta Njugi, Et De Ma M Re, Wanjiru Kibicho Conform Ment La Tradition Kikuyu, Mes Parents Me Donn Rent Le Pr Nom De Ma Grand M Re Paternelle, Wangari Ce Texte Fait R F Rence L Dition Broch.Tout Au Long De Ces Ann Es Difficiles, Nous Aurions Encore Souvent Affronter La Violence Et La Peur, Et Puiser Dans Nos Plus Profondes R Serves D Espoir, De Conviction Et De Foi, Pour Lutter Encore Sans Jamais Renoncer La Libert Wangari Maathai Retrace Trente Ans De Combat Avec Les Femmes Kenyanes Contre La D Forestation, Au Sein Du Mouvement Green Belt Cr En 1977 Lutte Cologique, Mais Aussi Lutte D Mocratique, Qui L Am Nera De Nombreuses Fois S Opposer Au R Gime Derri Re Le Destin Hors Du Commun De La Petite Paysanne Devenue Prix Nobel, C Est Un Message D Espoir Ainsi Que, Selon Bill Clinton, Un T Moignage Poignant Des D Fis Et Des R Ussites De L Afrique Moderne.


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *