[read online kindle] L'Assassin royal, tome 13 : Adieux et retrouvailles Author Robin Hobb – Sisnlaw.co.uk

L'Assassin royal, tome 13 : Adieux et retrouvailles GU RISONS La pratique chalc dienne qui consiste, pour un propri taire, marquer ses esclaves d un tatouage particulier est n e d une mode en vogue dans la noblesse A l origine, elle ne concernait que les sujets les plus pr cieux, ceux qu on pr voyait de garder toute leur vie cette coutume s est g n rali s e, semble t il, lorsque sire Grart et sire Porte, puissants aristocrates de la cour chalc dienne, ont commenc faire assaut de fortune Bijoux, che vaux et esclaves servaient alors d talon la richesse, et sire Grart a d cid de faire marquer de fa on ostensible toutes ses montures et ses domestiques asservis, dont des colonnes enti res l escortaient lors de ses sorties On raconte que le seigneur Porte, l imitation de son concurrent, entreprit alors d acheter des centaines d esclaves bas prix, sans valeur particuli re, comme des artisans ou des rudits, dans le seul but de les tatouer de son sceau et de les exhiber cette poque, certains ouvriers et courtisanes assujettis obtenaient de leurs ma tres le droit d ac cepter des emplois l ext rieur, et, parfois, ces pri vil gi s gagnaient assez d argent pour acheter leur libert On le comprendra, nombre de propri taires mettaient quelque mauvaise volont se s parer de serviteurs d un tel prix or, comme les tatouages ne s effa aient pas sans laisser de consid rables cicatrices et que les documents d mancipation fal sifi s circulaient abondamment, les affranchis avaient du mal faire la preuve de la l galit de leur statut Les possesseurs d esclaves ont alors tir profit de cette situation en cr ant des anneaux de libert , on reuses boucles d oreilles d or ou d ar gent, souvent serties de pierres pr cieuses, au des sin particulier chaque famille noble, qui indi quaient que tel esclave avait obtenu l gitimement sa lib ration apr s avoir achet son affranchisse ment, il lui fallait fr quemment des ann es de ser vice encore pour payer le bijou prouvant qu il avait acquis le loisir de se d placer en Chalc de son gr et sous sa propre caution Histoire des coutumes esclavagistes chalc diennes, de Geairepu Les heures qui succ dent une bataille me sont famili res j ai march sur des terres gorg es de sang et enjamb des corps mutil s pourtant jamais je n avais connu de combat dont la suite e t mieux illustr la futilit des conflits arm s Les guerriers pansaient les plaies qu ils s taient inflig es mutuellement, et les Outr liens qui avaient dress le fer contre nous demandaient aux envoy s du Hetgurd des nouvelles de leur famille et des propri t s de leur clan qu ils n avaient pas revues depuis des ann es Ils voquaient ces personnages de conte qui s veillent d un sommeil enchant et s efforcent de retrouver leur existence disparue, de franchir l ab me du temps perdu On ne le voyait que trop, ils n avaient pas oubli les actes qu ils avaient commis au service de la Femme p le je reconnus parmi eux un des gardes qui m avaient tra n ses pieds sous mon regard, il d tourna vivement les yeux, et je n insistai pas Peottre m avait d j fourni le seul renseignement que je voulais Je traversai le camp que l on d sassemblait avec une h te presque inconvenante On installait d j deux bless s graves, tous deux des forces de la Femme p le, sur les tra neaux, et l on d montait les tentes on b tissait rapidement un tumulus de glace sous lequel gisaient trois cadavres, galement d anciens adversaires Glasfeu avait d vor celui de l Aigle, le repr sentant du Hetgurd tomb lors de la r surrection du dragon lui devrait se passer de s pulture Les deux autres hommes que nous avions perdus, Renard et Adroit, avaient t ensevelis dans l effondrement de la fosse, et, de fait, les exhumer pour les inhumer nouveau n aurait rim rien Je trouvais cet abandon de nos morts irr v rencieux, mais je percevais l motion qui le motivait notre d part baignait dans une atmosph re d urgence, comme si plus vite nous quitterions le glacier, plus vite la Femme p le deviendrait une cr ature du pass J esp rais qu elle aussi restait enfouie dans l immense tombeau affaiss Ce texte fait r f rence l dition PocheSur l le d Aslevjal, les principaux protagonistes se retrouvent enfin face leur destin La mort moissonne, les nigmes se r solvent, les serments se d nouent Une fois encore, Fitz affronte de terribles preuves qui l emportent au seuil de l extr me douleur et du renoncement Impuissant, il doit dire adieu certains de ses plus vieux amis Pourra t il au moins sauver le Fou, enfoui dans les cachots du palais de glace Laissant tous ses compagnons reprendre le bateau, il reste seul sur Aslevjal et finit par d couvrir une grotte dont l occupant n est autre que le fameux Homme noir, qui se r v le bien diff rent de ce qu on croyaitBouleversante, riche par ses multiples ramifications, ses nombreux personnages tous plus hauts en couleur les uns que les autres, ainsi que par les prolongements qu elle suscite dans l esprit de son lecteur, la s rie de l Assassin royal s impose comme un des chefs d uvre de notre temps



8 thoughts on “L'Assassin royal, tome 13 : Adieux et retrouvailles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *