download Best L'Autre Fille Author Annie ERNAUX – Sisnlaw.co.uk

L'Autre Fille C est une photo de couleur s pia, ovale, coll e sur le carton jauni d un livret, elle montre un b b juch de trois quarts sur des coussins festonn s, superpos s Il est rev tu d une chemise brod e, une seule bride, large, sur laquelle s attache un gros noeud un peu en arri re de l paule, comme une grosse fleur ou les ailes d un papillon g ant Un b b tout en longueur, peu charnu, dont les jambes cart es avancent, tendues jusqu au rebord de la table Sous ses cheveux bruns ramen s en rouleau sur son front bomb , il carquille les yeux avec une intensit presque d vorante Ses bras ouverts la mani re d un poupard semblent s agiter On dirait qu il va bondir Au dessous de la photo, la signature du photographe M Ridel, Lillebonne dont les initiales entrelac es ornent aussi le coin sup rieur gauche de la couverture, tr s salie, aux feuillets moiti d tach s l un de l autre Quand j tais petite, je croyais on avait d me le dire que c tait moi Ce n est pas moi, c est toi Il y avait pourtant une autre photo de moi, prise chez le m me photographe, sur la m me table, les cheveux bruns pareillement en rouleau, mais j apparaissais dodue, avec des yeux enfonc s dans une bouille ronde, une main entre les cuisses Je ne me souviens pas avoir t intrigu e alors par la diff rence, patente, entre les deux photos Aux alentours de la Toussaint je vais au cimeti re d Yvetot fleurir les deux tombes Celle des parents et la tienne D une ann e sur l autre j oublie l emplacement mais je me rep re la croix haute et tr s blanche, visible depuis l all e centrale, qui surmonte ta tombe, juste c t de la leur Je d pose sur chacune un chrysanth me de couleur diff rente, quelquefois sur la tienne une bruy re, dont j enfonce le pot dans le gravier de la jardini re creus e expr s, au pied de la dalleSes parents lui avaient cach l existence de cette soeur a n e Pour ne pas l attrister Plus compliqu que a C est pour entrer dans les raisons obscures de ce silence, pour s interroger sur les cons quences que cette r v lation a eues sur elle m me qu Annie Ernaux a crit une lettre la plus gentille , l invisible, l ador e, la regrett e Sans la mort de laquelle elle n existerait pas, parce que, au moins pour des raisons conomiques, ses parents ne voulaient avoir qu un enfant Il fallait que tu meures, que tu sois sacrifi e pour que je vienne au monde L Autre Fille est un petit livre tourment , terrible Parce qu on a du mal imaginer combien a peut tre dur, des caboches referm es sur une trag die intime, et combien a peut tre en m me temps fragile et forte, une adolescente qui d couvre qu elle n prouve pour l absente ni haine ni tendresse, aucun sentiment Ou alors, peut tre, une peur obscure Que tu te venges Bernard Pivot Le Journal du Dimanche dumarsLa force de cette criture c est sa densit Des phrases courtes et d pouill es, mises nues, vif mais pas seulement, car ce qui d abord les a fait na tre est la persistance d un ab me Les phrases sont construites autour d une absence comme autour de la face invisible de soi, et ce vide a l attraction d un gouffre celui o se pense ce que la pens e au grand jour ne peut penser sans se mettre en perdition Une fois crits les mots semblent irr m diables En grande romanci re me pardonnera t elle ce qualificatif qu elle n appr cie pas forc ment Annie Ernaux, travers l tre elle ou un autre qu chaque livre elle recr e par et dans ses mots, se r invente dans une criture qui en interrogeant sous tant d angles diff rents celle qu elle est au monde nous interroge de fa on incisive et sur nous m mes et sur celui ci Bernard Desportes Le Nouvel Observateur dumarsNi exercice de deuil ni livre de chagrin, L Autre Fille scrute de pr s, loin de toute facilit , de tout clich , la singularit du lien qui unit distance Annie Ernaux et cette enfant trang re Un lien tiss d amour, de secret, de regret, d absence Nathalie Crom L Humanit dumarsDans ce r cit court et intense, parfois d rangeant, Annie Ernaux ne s autorise aucune complaisance, ne dissimule rien des sentiments troubles qui l habitent, value avec intelligence et finesse l tendue des s ismes int rieurs Loin d une tendresse pour l absente dont elle tente pourtant une r surrection , elle exprime le malaise face cette soeur dont le pr nom ne survient qu aux deux tiers, r v l par une cousine et cit avec g ne Il me semblait vieux, quasi ridicule l adolescence Aucune fille de l cole ne le portait Encore maintenant, j prouve un malaise, une vague r pugnance l entendre Je le dis rarement Comme s il m tait interdit Avant de l crire entre deux points Sans adjectif, ni possessif Dans un style sobre, aust re et d une grande l gance, elle cerne les contours de l absence et la distance infranchissable entre elle et cette a n e couch e sous terre tout pr s des parents Corine Renou Nativel La Croix duavrilDans cet entrelacs de souvenirs, d images, de mots, une fois encore, Annie Ernaux la rencontre, elle Elle peine nomm e, d sign e la plupart du temps par le pronom personnel, sa m re, toujours au centre Et si tout le reste n tait qu un pr texte, et le vrai sujet, l autre femme Sa m re, qui fut aussi celle de sa soeur, mais alors plus jeune, plus insouciante, encore port e par l espoir des lendemains qui chantent Impossible d employer la premi re personne du pluriel, notre C est elle, la m re, la d tentrice du r cit de la petite morte, elle la prof ratrice du jugement, avec qui le combat n a jamais cess , sauf la fin Entre elle et moi , ajoute la narratrice, c est une question de mots Et qu y a t il de plus essentiel pour Annie Ernaux que les mots, ce travail de pr cision, de ciselage, de limage et d limage jusqu la plus parfaite ad quation entre l id e et la phrase crire pour substituer l exactitude du r cit au flou du v cu, creuser l absence pour faire jaillir la pr sence, crire une morte pour s adresser aux vivants, carter des voilages qui se multiplient sans arr t dans un corridor sans fin Evelyne Bloch Dano le Magazine Litt raire, avrilEn lisant l Autre Fille, on se prend t ter son propre ge Le genre est celui de la litt rature de la perte, du manque, genre dont on a cru, l poque de Blanchot et Duras, qu il tait la litt rature elle m me Et le r cit d Ernaux est de ceux qu on entendait plus souvent au si cle dernier qu aujourd hui Jusqu un temps historique r cent, la vie de toute famille tait en partie tiss e des morts qui la constituaient on mourait d ailleurs plus facilement chez soi qu l h pital et de secrets On avait perdu un oncle la guerre, un enfant dans une pid mie ou une fausse couche, on cachait l adult re de la grand m re, on tait la fille de celle qu on croyait sa tante et autres m tonymies Le projet de tout art, du coup, devient assez vite de trouver un quilibre entre cette usure du r el tous les morts lui sont pass s dessus et notre usage personnel qui vaut quand m me quelque chose, qui n est pas an anti d tre la r p tition de l usage de tous notre rapport esth tique au monde reste unique Eric Loret Lib ration dujuin


About the Author: Annie ERNAUX

En tant qu’auteur connu, certains de ses livres fascinent les lecteurs, comme dans le livre L'Autre Fille , qui est l’un des lecteurs les plus recherchés Annie ERNAUX auteurs dans le monde.



8 thoughts on “L'Autre Fille

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *